Associations, Manifestation, Santé, 12/02/2016

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

” TéléHandi ” pour un meilleur accès aux soins des personnes handicapées

Dans une année de reportages médiatiques, vous avez au final rarement un véritable sujet de fond. Assurément, celui là est de ce calibre avec ce nouveau dispositif de télémédecine, récompensé par un prix de la Fondation Malakoff Médéric Handicap, à destination des personnes souffrant d’un handicap intellectuel.

(Visuel de gauche à droite, Goerges Maillot, Marie-Luce Calmette, Aurélie Dubois et Antoine Lemaire)

Le handicap cognitif et la pratique médicale

(Christelle Prado) Cette innovation de création d'un dispositif mobile de télémédecine, baptisé " TéléHandi ", ouvre la porte sur une thématique sociétale lourde. A la croisée du médico-social et du sanitaire, la relation de santé entre la personne handicapée et le monde de la santé, pour l'enfant notamment, est complexe. La présidente de l'UNAPEI, Christelle Prado, pour la première fois sur le Valenciennois, ne mâche pas ses mots : " Souvent le médecin libéral n'a pas envie de soigner une personne avec une déficience cognitive. Nous en avons assez que nos enfants meurent, assez de les voir s'automutiler faute des moyens d'accompagnement pour l'accès aux soins. "

Afin de sensibiliser sur cet item, les médecins des villes et des villages, l'UNAPEI a édité un libre blanc de la santé ; s'adressant aux parents présents " prenez-le et donnez-le à votre médecin afin de le lire. La prochaine fois, il demandera peut-être directement-comment ça va- à l'intéressé…", ajoute-t-elle.

Enfin, il faut préciser que cette réticence à soigner ce type de handicap a une origine. " Nous avons pu intégrer ce sujet dans le cursus des infirmières mais il est impossible de le faire dans celui de la médecine ", conclut-elle ! Clairement, il n'y a pas une once d'enseignement " sur cette approche des personnes handicapées souffrant d'un handicap intellectuel durant les études de médecine ", souligne un chirurgien retraité.

Voilà un décor clair mettant un peu plus en lumière cette performance médicale présentée hier soir au sein du tout nouveau siège, sur Anzin, de l'APEI du Valenciennois.

Un projet utile

( Président de l'APEI du Valenciennois) Goerges Maillot se félicite de cette récompense " issue d'un partenariat fort avec le Centre Hospitalier de Valenciennes. Cette pratique médicale à distance va assurer un meilleur suivi du patient." Pour l'APEI du Valenciennois " association de parents-militants", cette première initiative d'un service de télémédecine pour ce public particulier est une reconnaissance implicite du travail effectué au long cours dans cette institution. Concrètement, l'espace dédié à la télémédecine, au sein du CHV, sera mis à disposition du projet " TéléHandi ". " Nous bénéficions de deux après-midi par semaine pour ce service médical à distance ", explique le Dr Lemaire, la cheville ouvrière avec Aurélie Dubois, de cette initiative structurante.

(Antoine Lemaire) Techniquement, la pratique médicale va s'opérer sur les sites de l'APEI et particulièrement sur la MAS ( Maison Médicale Spécialisée) . Au CHV, une expertise médicale à distance, via la télémédecine, par un médecin, un pharmacien etc. sera opérationnelle. A l'autre bout de la chaîne, une équipe mobile experte en soins de support et palliatifs dans les lieux de vie des personnes en situation de handicap intellectuel sera opérationnelle. " Cet accompagnant de santé pourra examiner, évaluer la douleur…  et pratiquer des actes médicaux par transfert de compétences (sous contrôle du corps médical au CHV). C'est parfaitement légal dans le cadre de l'accès aux soins ", précise le Dr Lemaire qui est également chef du pôle cancérologie au CHV

L'APEI du Valenciennois, porteur de ce dossier partenarial avec le CHV,  a répondu à l'appel à projets de la Fondation Malakoff Médéric Handicap. " Cette structure existe depuis 3 ans car Malakoff Médéric voulait s'engager sur le handicap sur deux thématiques : l'accès et le maintien dans l'emploi et l'accès aux soins.", explique la directrice générale, Marie-Luce Calmette.

Pour cet appel à projets, la Fondation a reçu 268 dossiers. Après un filtrage et une étude approfondie sur des critères clairs : " Il fallait que le projet soit utile, solide et duplicable. Ce dispositif " TéléHandi " a été retenu parmi les 5 meilleurs dossiers. Il n'y a pas de hiérarchie mais c'est celui qui reçoit la meilleure dotation, 83 000 € en l'occurrence ", précise-t-elle.

Un projet pérenne ?

( Marie-Luce Calmette) Cette dotation sacralise ce projet financièrement car " il nous permet de lancer cette initiative d'ici fin 2016. Il faut encore parfaitement cadrer juridiquement ce service, obtenir toutes les autorisations etc.", indique le Dr Lemaire. Bien sûr, ce lancement dans la durée implique une prise en main de l'ARS (Agence Régionale de Santé). " Nous allons nous réunir le 13 mars prochain. En effet, cette initiative rentre complètement dans la cible de l'ARS car il y a une méconnaissance des champs du handicap par les professionnels de la santé. On observe des ruptures de parcours, des prises en charge pas adaptées etc. ", indique le représentant de l'ARS présent à cette manifestation.

Voilà une action remplissant un vide concernant l'accès aux soins de cette population car la gestion, par le praticien, de la douleur est très complexe pour une personne handicapée voire polyhandicapée.  Souvent, une douleur est assimilée à une pathologie " psy" ce qui est, parfois, une erreur de diagnostic grossière. A terme, un TéléHandi généralisé, car il fera l'objet d'une évaluation, serait source d'une optimisation du maintien à domicile des personnes souffrant d'un handicap intellectuel. Une véritable avancée culturelle au sein d'une société terriblement engoncée avec le handicap.

Ici, deux mondes se rapprochent, le sanitaire et le médico-social sur le Valenciennois à travers un partenariat " et une dynamique de projets indispensable pour les acteurs de santé grâce à la gouvernance du CHV ", conclut le Dr Lemaire, présent depuis 4 ans à la MAS d'Anzin à 20% de son temps, 7 ans au CHV pour le reste. " La bonne compétence au bon endroit, c'est très rare un médecin dans ce type de structure ", indiquait en début de manifestation Christelle Prado.

Daniel Carlier







 

vainfos

Print Friendly and PDF


Favoris

Simple, rapide et efficace cliquez pour
ajouter va-infos.fr à vos favoris.

favoris

Recommander

Vous appréciez le média en ligne www.va-infos.fr
n'hésitez pas à communiquer son adresse internet !

Recommander

Lettre d'information

Inscrivez-vous à la lettre d'information de va-infos.fr en indiquant votre adresse de courriel.