Transport, 17/12/2015

Comité syndical du SITURV du mercredi 16 décembre 2015

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

(SITURV) DSP 2.0 : « Moins rouler mais… mieux rouler »

Comité Syndical du SITURV ce mercredi soir afin de présenter sa nouvelle Délégation de Service Public aux élus communautaires, et délibérer surtout,  sur cet engagement fort jusqu’en 2022 ! ou comment réinventer les transports sur le territoire. Explications ou mieux explications bis repetita, pour ceux qui n’ont pas suivi ou compris, débat et vote au programme de la soirée.

En somme une confirmation de la conférence de presse de lundi, saupoudrée pour le jus, d'un débat entre les élus du SITURV, pour accoucher d'une délibération : oui ou non autoriser la nouvelle DSP avec la RATP DEV, pour les 7 années à venir. Dans ces propos liminaires, Anne Lise Dufour la présidente du SITURV, a intronisé le nouveau délégué  du SITURV de la  CAVM, Jean Marie Dubois de St Saulve, en remplacement de Cécile Gallez. Rentrons dans le vif du sujet.

Un peu d'histoire...

« On ne va pas refaire l'histoire... On a un réseau extraordinaire, comment peut on accepter d'avoir mis autant de millions sur la table pour ne pas voir des gens dedans! il faut que les personnes  l' utilisent ! », annonce la présidente avant de résumer l'histoire de cette DSP très compliquée sur le plan juridique et financier sous le précédent mandat, alors Il était une fois....ah non non ce n'est pas un conte !

« L'ancienne DSP a été dénoncée et a connu une fin anticipée, ce qui nous a amené à proposer un titulaire – sur 3 candidats – avec signature au 1er janvier. Les 2 autres concurrents ont déposé un recours nous empêchant de signer pour le 1er janvier ! De manière particulière et transitoire, la signature du contrat avec RATP-DEV a duré 1 an. »

Ensuite,  seul candidat de cette seconde DSP, la RATP DEV, était en position idéale pour exploiter, de manière autonome, le réseau de ce transport public du Valenciennois, de par aussi son expérience  sur le terrain. C'est un engagement pour longtemps, jusqu'en 2022, associé à une clause de revoyure en 2018, écrite noir sur blanc, afin de se remettre autour de  la table si besoin dans 3 ans : « Si les choses sont ok, on continue, sinon, nous pourrons arrêter là sans pénalités financières. »  

« L'objectif absolu est de rendre le service public de transport en commun le meilleur possible, il doit être performant. » Mais pas que ! « il est aussi nécessaire de rentrer dans l'enveloppe financière contrainte que nous avons déjà évoquée. J'ai toujours voulu une transparence totale. Nous avons demandé l'année dernière, pour boucler le budget, une augmentation du versement des 2 agglos. Le SITURV touche le versement transport de 2% de la masse salariale soit 45 millions d'euros, plus une participation de la Région et du Département et donc une de la CAPH et de la CAVM, qui passe de 2014 à 2015 de 2,5 millions d'euros pour la première et 3 millions pour la seconde à 6 millions chacune », détaille Anne Lise Dufour.

Gérard Delmotte, vice président chargé de la délégation de service public et maire de Sebourg, a fait un travail remarquable, il avoue « ce fut une négociation serrée, nous avions affaire à un seul candidat  seulement, donc en position de force. Nous avions des contraintes, en qualité de service public rendu mais aussi budgétaires. On s'est revus plusieurs fois pour préciser nos attentes, 4 réunions de négociation et 1 de mise au point entre autres. Chacun a fait un bout de chemin et nous sommes arrivés à une convention qui nous apporte satisfaction à tous les deux ». Les élus du SITURV,  feuille de route budgétaire serrée  en main, ont vu planer l'ombre du plan de licenciements sur le territoire. « Impossible ! » pour Anne Lise Dufour.

Pas de plan social ! Pas de licenciements sur le territoire

" Nous devons engager une baisse du coût pour le SITURV de 39,6 millions d'euros, en 2016, à 35,2 millions d'euros en 2021", déclare la présidente. Dès 2016, la réduction directe à 35 millions du réseau impliquait une réduction drastique, un véritable plan social avec à la clef, pas moins d'une quarantaine de  licenciements ! Solution : étudier la pyramide des âges et de facto « les départs en retraite ne seront pas tous remplacés. Ce qui permet d'arriver en 2021 à 35 millions d'euros !

Elle ajoute «  ce n'est pas moins de service public, c' est moins rouler pour mieux rouler ! Une vraie feuille de route, ajoutée au « pourquoi faire rouler un bus si la liaison est assurée en chemin de fer ?.... ». Pas de changement sur les lignes de janvier à août 2016, mais les doublons  seront supprimés dès septembre.

Des nouveautés et un geste fort pour l'emploi

Un tarif « sénior » qui sera mis en place en septembre 2016 mais surtout un geste pour l'emploi  : « Le premier mois d'abonnement sera offert sur notre réseau de transport public, à tout chômeur de retour vers l'emploi. Laisser tomber la voiture, c'est pas mal... » sur  ce réseau qui voient 7 millions de kilométres roulés en 2016 et qui évoluera à 6,1 millions en 2022.

Histoire de faire naître des vocations et de penser, en ces temps de COP 21, au développement durable. Un responsable du développement durable sera d'ailleurs mis en place au sein du réseau en lien avec l'obtention des certifications ISO 14 001.

Au coeur des débats, l'arrêt du tram « Hôtel de ville »  et le développement durable

Évidemment la patate chaude, c'est l’arrêt du tram «  Hôtel de ville » à la station de la rue de la vieille poissonnerie « La station des culs tournés », comme la nomme Jean-Claude Dulieu, « le commerce dégringole dans cette rue ! Il y a urgence de déplacer cet arrêt de tram ! », explique t il, en interpellant la présidente. « D'abord je ne savais même pas si j'allais venir puisque j'ai tout lu dans la presse ! La New Com c'est bien mais ce n'est pas bénéfique pour le débat démocratique. La conférence de presse de lundi midi pouvait bien attendre. Cela fait chambre d'enregistrement ! »

Revenons sur les quais de cette station de tram, « on parle d'insécurité mais à un moment on la fabrique ! J'avais proposé à l'époque un arrêt devant La poste mais c'était soit disant infaisable, mais pourquoi ? Parce que la SGC, promoteur de la galerie commerciale, souhaitait que la station soit implantée là pour le client aille directement tout droit dans le centre commercial », rappelle Jean Claude Dulieu avant d'ajouter « il faut réfléchir à une station place de La poste, cette proposition est de bon sens. »

A Anne Lise Dufour de maintenir l'arrêt  : « il est évident que cet arrêt est le plus utilisé. Fermer celui-ci n'aurait pas résolu les problèmes de délinquance. Ces gens n'auraient pas été plus en sécurité. On maintient l'arrêt, pour l'instant, et on assure une présence qui rassure en terme de sécurité. J'ai demandé, avec Laurent Degallaix, une présence de la Police Nationale, car cela relève du pouvoir régalien de l'Etat. Aujourd'hui les choses se sont bien calmées. Nous avons réfléchi à la solution d'un autre arrêt. Cela a un coût, c'est à étudier, dans un prochain temps... »

Jean Claude Dulieu, micro en main, continue et souligne ses inquiétudes, en ces moments de COP 21 : « Valenciennes est complètement bouchée, nous sommes dans la COP 21 et je ne vois pas beaucoup de clignotants dans le sens de la diminution des voitures! Aujourd'hui celui qui veut aller travailler est obligé de prendre sa voiture. Dans ce sens, j'avais proposé une tarification pour les trajets courts, sur moins de 4 stations, je regrette qu'elle n'ait pas été retenue.  Ou est l'ambition du prestataire ? On va gérer l'existant pendant 7 ans. On doit tirer en terme d'économie, moi  je préférerai étudier comment on augmente les recettes ! »

En ce jour de Ste Alice, comme Alice au pays des merveilles,  Anne Lise Dufour fait voter la délibération au comité syndical du pays des transports.  « Il vous est donc proposer  d'approuver le choix de la société RATP DEV comme titulaire de cette délégation ; d'approuver la convention de délégation  pour la gestion du service public des transports urbains pour 7 ans à compter du 1er janvier 2016 pour un montant forfaitaire de 265 826 321€ HT (...) ». Verdict : vote ….à l'unanimité. Il est 19h49. Les transports Valenciennois sont  mariés, pour 7 ans,  et il a été établi un contrat de mariage. On ne pourra pas dire que l'on ne savait pas !

Céline Druart

vainfos

Print Friendly and PDF


Favoris

Simple, rapide et efficace cliquez pour
ajouter va-infos.fr à vos favoris.

favoris

Recommander

Vous appréciez le média en ligne www.va-infos.fr
n'hésitez pas à communiquer son adresse internet !

Recommander

Lettre d'information

Inscrivez-vous à la lettre d'information de va-infos.fr en indiquant votre adresse de courriel.